FOYER ESPÉRANCE TRELAZE

LA VICTOIRE VIENT DE L'UNION.


< | >

LES PETITES HISTOIRES DE NOS TANGOS #1

Publié le 03 novembre 2020

 

A défaut de pouvoir publier les épopées de nos équipes le week-end, nous pouvons les raconter. C'est l'objectif de ce défi "Les petites histoires tangos" : retranscrire, imaginer, rêver, partager des matches et des émotions du football pour réinventer une manière de nous rassembler. Réelles ou fictives, touchantes ou amusantes, courtes ou longues, ces histoires de nos tangos vous plongerons dans les matches les plus fous ! 

Par catégorie, tous les acteurs du club (joueurs, parents, bénévoles, arbitres, supporteurs, etc.) sont invités à participer. En cliquant sur leurs prénoms, vous verrez apparaître leurs photos. Voici les premières histoires de nos tangos... les prochaines seront publiées tous les vendredis ! Tout au long de la semaine, venez voter sur nos réseaux sociaux, cliquez ICI pour participer :

Qui de l'école de foot ou du foot à 11 remportera le trophée des meilleures histoires ?

 

U6-U7

// Témoignage touchant d'une maman

La maman de Timothé BRIERE, un mini-tango de 5 ans qui fait ses débuts au club, a accepté de nous raconter une histoire. Vanessa BRIERE explique les émotions qu'une maman peut ressentir lors des matches ! 

"Lorsqu'on me demande en tant que maman ce que je ressens quand je regarde mon fils jouer au foot, je pense que le mot le plus approprié pour définir cela est bien évidemment le mot fierté. Bon émotion aussi mais c'est parce que je suis une maman émotive ! J'éprouve une immense fierté lorsque je le regarde, lorsque je le vois évoluer chaque mercredi aux entraînements ou lorsque je vois sa fierté quand il entend les coachs lui dire "Bravo Timothé c'est très bien ça". Lorsqu'il marque un but, c'est l'explosion dans ma tête ! Un mélange de fierté, d'émotion, de joie : de bonheur. Il s'éclate avec ses "copains de foot" comme ils les appellent. Au-delà d'une équipe, au fil des années, je pense qu'ils vont devenir une petite famille soudée prête à rafler les victoires, et nous serons là en tant que parents pour les soutenir dans les victoires comme dans les défaites. Il n'y a qu'à regarder leurs sourires après un entraînement ou même un match pour savoir ce qu'ils ressentent, celui-ci en dit long..."

 

U8-U9

// Large victoire à 3 contre 4

Axel CHOPLIN nous raconte le souvenir de son premier grand match au Foyer lors d'un récit très attendrissant. 

"Je me rappelle d'un match en U6-U7, il y avait un copain de mon école dans l'autre équipe (Églantine). Et dans mon équipe, on était tous de la même école. Il y avait Julian, Timéo et moi. On était 3, les autres étaient 4. Au départ, on pensait qu'on allait perdre parce qu'ils étaient 4. On a un peu driblé, on a mis toutes nos forces, on a essayé de faire quelques passes ; et on a gagné 4-0. Je m'en rappellerai tout le temps. C'est mon premier grand souvenir avec le Foyer de Trélazé. Je me rappelle avoir mis 2 buts à ce match. Je me suis senti être une grande star. Quand j'ai marqué les buts, j'ai couru les mains en l'air comme si j'avais gagné la coupe du monde !!"

 

U10-U11

// La recontre avec Ludovic Butelle

Notre jeune tango Ewen RONDOUIN revient avec nous sur la journée où il a pu rencontrer Ludovic Butelle, gardien du SCO à Bioteau. C'était en décembre 2019 mais Ewen s'en souvient parfaitement !

"Mon meilleur souvenir au foot, c’est quand le gardien du SCO, Ludovic Butelle, est venu au stade Bioteau. J’ai pu voir  et partager un moment avec une personne célèbre pour la première fois et on a pu faire une photo ensemble. Il est très gentil et il nous a aussi donné des conseils. Ça restera un bon souvenir."

 

U12-U13

 // Opposés au PSG

Lenny CHIBANI, joueur senior mais aussi dirigeant des U12-U13, nous offre cette histoire au court de laquelle nos tangos disputeront un match acharné face au Paris Saint Germain ! 

"Un samedi pas comme les autres... Nos jeunes tangos affrontaient le Paris Saint-Germain au camp des loges ce samedi matin. Nous pouvions sentir la pression très présente chez nos joueurs. Pourtant dès l’entame de match, ils ont appliqué les directives du staff technique pour mettre à mal l’équipe parisienne pourtant invaincue et solide premier du championnat. Sur un beau mouvement collectif, nos tangos ouvraient la marque. Tout part du gardien, Kaëlig dans cette action qui se concrétise par une magnifique ouverture de Léandre pour Yanis, qui laisse aucune chance au portier adverse dans ce face à face. 1-0 c’est le score à la mi-temps. Peu après la reprise, les jeunes Parisiens reviennent dans le match à la suite d’un penalty plus que litigieux... cela ne reflète pas la physionomie du match car notre défense centrale formée de Tom et Mathias a été très solide tout au long de cette première période, bien accompagnée par ces milieux latéraux Émilien et Quentin très généreux tout au long du match dans les efforts. Nos jeunes tangos inspirés en ce jour, marquent un deuxième but sur une action bien amenée par le nouvel entrant Jianny, et conclut par Charly, sur une belle balle piquée. 2-1 ce n’est que trop peu pour les jeunes tangos, qui par leur motivation, marquent un troisième but sur un super mouvement entre Émilien et le second entrant, Baptiste, qui sert Quentin, qui gagne son duel face au portier parisien. 3-1, le score ne bougera plus, notamment grâce à l’impérial Kaëlig, auteur de deux magnifiques arrêts en toute fin de match. Une performance mémorable dans l’histoire du club, qui restera gravée dans la mémoire de nos jeunes artistes."

 

U15 F

 // SCOOP : Paul Pogba et Billie Eilish deviennent coéquipier

Laure PERON (2ème en partant de la gauche sur la photo) a décidé de mêler les souvenirs à la fiction dans son récit : du match idéal, au premier but qu'elle a marqué jusqu'à la composition de ses rêves ! 

"Mon match idéal serait de tout bien faire (communiquer, lever la tête) ce que je j'apprends aux entraînements, et bien sur terminer sur un but. Un match m’a particulièrement marqué c’était, les filles du Foyer avaient gagné 17-1 et j’avais dû aller dans l’autre équipe car elle n'avait pas assez de joueuses. J'étais fière d'avoir marqué le seul but de l'équipe adverse. Je me souviens d'avoir marqué mon premier but lors de l'arbre de Noël du Foyer. Différents ateliers étaient organisés, j'avais beaucoup aimé, en plus on était reparti avec des petits cadeaux : une gourde du foyer et des bonbons ! La composition d'équipe de foot à 8 de mes rêves serait : Hugo Lloris comme gardien, Iris Mittenaere et Noah Centineo comme défenseurs, Paul Pogba, Billie Eilish, Tyler Posey et moi en milieux et Kylian Mbappé en attaque !"

 

U14-U15

 // Une maman tango exprime sa sensibilité aux valeurs véhiculées par le club

Laëtitia JAMES, maman d'Aloïs MEZIGHEN se dit impressionnée par l'investissement des uns et des autres au sein du club. Elle dresse un joli tableau des valeurs qui sont les nôtres au cours d'un récit.

"Notre fils Aloïs, aujourd'hui en U14-U15, a intégré le Foyer de Trélazé à la rentrée 2018 dans la catégorie U12-U13. Dès le début et aujourd'hui encore, l'investissement incroyable des uns et des autres au sein de ce club nous impressionne! Pour certain, il semble une deuxième maison! En tant que parents, nous nous y sommes tout de suite sentis à l'aise et avons été sensibles aux valeurs qui y sont véhiculées: solidarité, respect, politesse et fair-play. Ces valeurs se concrétisent de différentes manières sous nos yeux régulièrement : par des jeunes joueurs qui saluent systématiquement éducateurs et parents, par la présence en nombre de parents pour accompagner et encourager nos jeunes footballeurs aux différents matchs et ce toujours dans la bonne humeur, par des éducateurs passionnés et investis qui savent aussi recadrer leurs joueurs quand ils seraient tentés de se laisser aller à certains «excès de mauvaises humeurs» vis-à-vis d'un arbitre ou d'un joueur de l'équipe adverse... Cette ambiance sereine et amicale a fait que nous n'avons raté aucun match de notre fils. Nous partageons les émotions de nos jeunes joueurs le samedi matin avec entrain et sommes devenus de véritables groupies ! Nous apprécions surtout grandement que notre fils se rende à ses matchs et entraînements avec envie et bonne humeur lâchant un «J'adore aller au foot ! » ou un «Ils sont trop sympas nos coachs ! » (En passant, merci aux différents coachs croisés par notre fils, Wesley, Cyprien, Jérémy, Julien, Laurent, Ismaël, Joris, Aurélien, Fabien, Ludovic et le papa de Renzo qui sont effectivement très sympas !) On espère retrouver tous ces bons moments très vite !"

 

U17

// Première étoile pour le Foyer en Ligue des Champions

Après 10 longues saisons au club, Alexis L'HURRIEC avait forcément de belles histoires à nous raconter. Il nous livre son incroyable parcours en Ligue de Champions avec une équipe de Foyer remasterisée !

"Tout commence par une qualification en ligue des champions les phases de poules se passent très bien, nous arrivons aisément en 8ème de finale contre l’équipe du Milan AC. Il y a uniquement des matches aller, donc élimination directe. Je suis capitaine de mon équipe, avec en défense centrale le grand Van Dijk et Sergio Ramos, en arrière latéral Javier Zanetti, en arrière gauche Roberto Carlos, en milieu défensif Ngolo Kanté, milieux 8 et 10 : Xavi et Paul Pogba, attaquant gauche Cristiano Ronaldo, attaquant droit Messi et enfin en numéro 9 Ronaldo alias R9. Le match des 8èmes de finale face au AC Milan est plutôt très serré, 0-0 en première mi-temps. En seconde mi-temps, un ballon atteint la surface sur un centre de Messi, reprise de Ronaldo R9 : barre rentrante. Nous remportons ce match et arrivons en quart de finale contre l'Inter de Milan, un grand club italien avec de très grands joueurs. Deuxième victoire sans relâche (3-0) avec un doublé de Paul Pogba et un but de Messi. Vient alors la demi-finale contre l'équipe tenante du titre : le Bayern de Munich. Nous débutons très mal la partie et encaissons un but de Robert Lewandowski. [...]"

La suite en cliquant ICI.

U18 F

 // La remontada face aux Ponts-de-Cé

C'est la pétillante Maïwenn GRANET qui se prête au jeu pour représenter les U18 Féminines. Elle nous emmène dans ses rêves le temps d'un match face aux Ponts-de-Cé !

"C'est un match où nous recevons les Ponts-de-Cé à Bioteau. Il y a beaucoup de public et de supporteurs du Foyer (évidemment) ! Moi j'suis le numéro 5, logique. Après l'échauffement, le stress monte alors avec les filles, on se motive. C'est bon, on est méga motivées ! On se met en ligne afin d'entrer sur le terrain pour le protocole. Tout le monde encourage le Foyer (édivemment), les adversaires sont furieuses et nous regardent avec insistance à côté. Coup de sifflet, c'est ti-par. Le premier quart d'heure se passe assez bien, ma défense est infranchissable ! Les filles d'en face s'énervent, et forcent pour marquer. Elles marquent un premier, un second puis un troisième juste avant le sifflet de la mi-temps. Alors nous, dépitées, on va au vestiaire la tête baissée. Mais, notre coach Kamel nous bouge, nous motive à fond. On est maintenant sûres de nous : on va faire la remontada du siècle !!! Le coup de sifflet retentit, nous sommes prêtes à tout arracher ! Bim ! Bam ! Les passes s'enchaînent, ça fait des unes deux du côté Foyer, les supporteurs crient de surprise. Ça part de la défense et ça remonte jusqu'à Lylia qui tire un truc impressionnant : du jamais vu. Premier but orange. Les capitaines des équipes encouragent leurs équipes. On est vraiment déterminées, tellement qu'on va marquer notre deuxième et troisième buts très rapidement. Mais les adversaires ne lâchent pas l'affaire. Après avoir récupéré le ballon, elles décident de nous bloquer et de repartir en vitesse vers notre but...MAIS, je m'interpose vite entre la frappe de l'attaquante et mon but (évidemment). En récupérant la balle, je commence à me chauffer et remonter tout le terrain en dribblant easy toutes les joueuses. La foule est en délire ! Je frappe, la scène est au ralenti, but. On se saute toutes dans les bras. Coup de sifflet final, ON A GAGNÉ ! Les adversaires, elles, pleurent toutes leurs larmes. Bravo les filles."

 

U19

 // Souvenirs d'une victoire en finale départementale

Notre très fidèle Gabin BRILLAND a fait un saut de quelques années dans le passé pour nous livrer le meilleur match qu'il garde en souvenir.

"C’était en mai 2015, à la finale départementale aux Ponts-de-Cé lors de mon année en U13, coaché par Gaël DELALANDE. C’était la journée la plus importante de l’année, un seul objectif : remporter cette finale. Nous affrontions toutes les équipes du département. A cette époque nous évoluions en U13 élite et certaines équipes étaient dans le même groupe que nous. Malgré les grosses équipes telles que le SCO d’Angers ou Saumur, avec l’équipe que l’on avait, on comptait bien les battre. La journée commença super bien avec une victoire contre Saumur et avec même un match nul contre le SCO. Les matches s'enchaînaient, et finalement : CHAMPIONS DÉPARTEMANTAUX ! Une sacrée victoire pour la 2ème année de suite (vainqueur l’année précédente contre St Sylvain, buteur de la finale). Une génération de malade avec qui j’ai passé des très bons moments et avec qui je joue encore : Quentin Noisette, Léo Ellapin, Malik Chevrotin... Merci à Gaël pour ce travail remarquable qu’il aura su gérer du début jusqu’à la fin et avec qui j’ai pris beaucoup de plaisir à jouer !"

 

SENIORS F

// Quand les féminines affrontent le bureau

C'est un match bien étonnant que nous décrit Hélène COUSSEAUopposant les féminines (FémininesFoyer) aux membres du bureau (FoyerBureau).

"14h52, le match ne devrait pas tarder à commencer. Gaëtan s'équipe de son sifflet et de ses cartons, c'est un match tendu qui l'attend à Bioteau : le FoyerBureau affronte les FémininesFoyer en finale de Coupe de France. Bioteau est envahi par une foule en délire venue voir ce match décisif mais surtout la star montante du football : Maryvonne. 15h00. Engagement de Jean-Pierre pour Alain qui décale dans le couloir pour Amélie : on compte sur elle et sa vitesse pour faire la différence ! Mais les féminines ont elles aussi leurs arguments, Shesser et Estelle dans les couloirs n'auront aucune pitié. 36ème minute, le match est subitement arrêté. Coach Rémi interpelle coach Olivier : est-ce réellement normal que Marcel et Marina fassent un UNO sur le terrain ? Gaëtan décide de sanctionner cet évènement, ce sera un carton rouge pour les deux. Réduites à 10 de chaque côté, les deux équipes élèvent leur niveau de jeu, accélèrent la cadence. Il ne reste désormais plus de 10 minutes de jeu. Les féminines n'arrivent pas à créer le décalage pour lancer leurs offensives. Le match est serré, les supporteurs envisagent des tirs aux but, les deux portiers Bernard et Mélanie se préparent psychologiquement. Mais alors que tout le monde pensait finir ce match sur la fameuse loterie, Julien saisi le ballon dans les pieds de Manon, fait la passe à Sébastien démarqué d'Océane qui lance Jean-Louis en profondeur. Anaïs prise de vitesse par le puissant Jean-Louis ne parvient pas à stopper son centre pour Maryvonne qui, elle, concrétise l'action sur un retourné acrobatique digne d'un Zlatan. C'est la folie à Bioteau, invasion de terrain, tous se ruent vers Maryvonne pour obtenir des photos. Photos qui feront la une de tous les journaux dès le lendemain !"

 

SENIORS

// Un coup franc tiré au Chi-fou-mi

Jean-Marc BENATRE s'est prêté au jeu. Très fidèle dirigeant et supporteur du Foyer depuis des années, il nous embarque dans un match fou qu'il a imaginé.

"Dans un stade Bioteau plein et sous le soleil, les garçons surmotivés se font cueillir à froid dès la première minute sur une erreur de relance de Jumeau, l'attaquant adverse n'en demandait pas tant pour ajuster Bernard. Les joueurs, un peu abattus, n'ont trouvé aucune solution en première mi-temps et ont même frôlé la correctionnelle. De retour des vestiaires, les garçons métamorphosés et poussés par le public, ont eu la main mise sur le jeu et se sont procuré pas mal d'occasions de buts mais sont tombés sur un gardien de classe internationale. Il a fallu attendre la 88ème minute pour obtenir un coup franc suite à une faute sur Greg. Et là, problème... Quatre joueurs se chamaillent pour le tirer, je leur demande donc pour les calmer et trancher de jouer au Chi-Fou-Mi. Et à ce jeu là, c'est Ludo qui l'emporte doublement car sa frappe vient se loger dans la lulu. Il reste donc 5 minutes, les garçons poussent, poussent, poussent et obtiennent un corner. Il est magnifiquement frappé et là Jumeau, bien élancé, prend appui sur les épaules de Bernard et d'un coup de tête puissant, envoie le ballon dans le but adverse. Belle réaction des gars que je ne peux que féliciter !"

 

GARDIENS

// L'invention du tacle pélican à Juigné-sur-Loire

Un rôle très important au sein d'une équipe bien qu'un peu plus dans l'ombre : celui de goal. Aurélien BELOUIN, gardien seniors et également dirigeant U15, fait le récit mêlant souvenirs et fiction tout en humour d'un match qui l'a marqué !

"La renommée du Foyer de Trélazé dans l'hexagone n'est plus à faire grâce à plusieurs facteurs tels que sa formation, ses valeurs inculquées ou encore (même si cela changera bientôt) son terrain parking comme le surnommaient ses adversaires qui repartaient bien souvent battus. Mais saviez-vous que le Foyer de Trélazé est une source d'inspiration dans le monde artistique, dont l'un des plus grands humoristes français actuels ? Tout commença le dimanche 16 février 2014, les seniors B se déplaçaient à Juigné-sur-Loire pour y rencontrer leur équipe première en quart de finale du Challenge de l'Anjou. Les deux équipes marchaient sur l'eau en championnat, ça promettait un match de très haut niveau, ce qui engendra une affluence record et la présence de quelques "peoples". La motivation dans le vestiaire me fît vite comprendre que nous étions dans notre match, d'autant plus quand le coach finissa son discours par " rentrer dans la surface et ne pas tirer au but, c'est comme danser avec sa soeur ", là nous étions dans le vrai. De véritables guerriers, une cohésion à toutes épreuves, des efforts non calculés qui firent plier Juigné par 7 fois. Nous sommes à la 83ème minute, le score est de 7-2 mais Juigné lance son attaquant en profondeur afin de réduire l'écart : grosse erreur, le gardien veille. A 40m du but le ballon rebondit, je prends mes cannes à mon cou et décide de sortir pour écarter le danger, mais malheureusement, le front de mon adversaire vint taper mon talon. Sacrée entaille. L'arbitre estimant que j'avais fait faute sortit le rouge. M'excusant au passage auprès de mon adversaire, je sortis du terrain. Pourtant, quelques mois plus tard je le reconnu lorsqu'il se présenta sur la scène du Marrakech du rire au côté de Jamel Debbouze. Il changea quelque peu les détails de notre rencontre mais il fit référence à mon rouge et l'appela "le tacle du pélican". De nos jours ce sketch est une référence. Mon rouge beaucoup moins même si on m'en parle encore. Les terrains de districts restent une source d'inspiration pour bons nombres d'humoristes, la meilleure source restant le théâtre Bernard Bioteau."

 

LOISIRS

// Les loisirs en finale de la coupe intercontinentale VS Newteam

Rempli de créativité et d'inspiration, le fondateur de notre jeune équipe loisir, Olivier LEROY, oppose nos tangos à la célèbre Newteam le temps d'une histoire. Derrière ses airs de docteur sérieux se cache en réalité un grand fan d'Olive et Tom !

"Vendredi soir l’équipe Loisir du Foyer joua à Bioteau un match capital pour sa qualification en phase finale de la coupe intercontinentale. Dans ce dernier match de groupe où la victoire était pour les deux équipes synonyme de qualifications pour les huitièmes de finale,nos valeureux tangos affrontaient l’emblématique équipe japonaise de la Newteam d’Olivier Atton. Quasiment à guichets fermés, les joueurs de la Newteam par l’intermédiaire de Ben Becker lancèrent les débats au coup de sifflet d’Alain Miré, l’arbitre officiel de la rencontre. L’enjeu paralysa quelque peu nos joueurs locaux qui enchaînèrent durant le premier quart d’heure les erreurs techniques et les passes imprécises. Les actions se faisaient de plus en plus pressantes sur les cages Trélazéennes. Vincent Nivelleau, portier en feu vendredi soir, permit à ses coéquipiers de rester dans la rencontre multipliant les arrêts réflexes. Même les frappes surpuissantes d’Olivier Atton de plus de 30 mètres étaient repoussées d’une main ferme par notre Higuita national ! [...]"

La suite en cliquant ICI.

 

Contactez-nous sur nos réseaux sociaux ou via le formulaire de contact disponible en bas de notre site internet.

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Envie de participer ?